Dernière modification : 03/06/2017 (Photos des communions)
Thème graphique : par défaut Changer de style

Histoire de la paroisse

La communauté traditionnelle devenue paroisse La Croix glorieuse marque cette année ses vingt ans d'existence. C'est, en effet, le dimanche 16 avril 1989 que Mgr Brand lui-même célébra en la cathédrale de Strasbourg la forme extraordinaire du rite romain autour de laquelle devait se former cette communauté. Quelques mois auparavant, le 2 juillet 1988, Jean-Paul II avait reconnu « non seulement la légitimité mais aussi la richesse que représente pour l'Eglise la diversité des charismes et des traditions de spiritualité et d'apostolat. Cette diversité constitue aussi la beauté de l'unité dans la variété : telle est la symphonie que sous l'action de l'Esprit -Saint, l'Eglise terrestre fait monter vers le ciel ». Jean-Paul II demandait aux « évêques et [à] tous ceux qui ont un ministère pastoral dans l'Eglise » de prendre les « mesures nécessaires pour garantir le respect [des] aspirations » des « fidèles catholiques qui se sentent attachés à certaines formes liturgiques et disciplinaires antérieures de la tradition latine » et concluait : « On devra partout respecter les dispositions intérieures de tous ceux qui se sentent liés à la tradition liturgique latine, et cela par une application large et généreuse des directives données en leur temps par le Siège apostolique pour l'usage du missel romain selon l'édition typique de 1962. »

Du mois d'avril 1989 au mois de janvier 1990, c'est à Koenigshoffen, chez les Pères capucins, que cette communauté vécut le temps de sa fondation. Autour de l'abbé Gouyaud, des pionniers comme M. et Mme Muller, M. et Mme Brolly, M. et Mme Heitz, M. et Mme Gremmel, M. et Mme Lebrun, Mlle Hepp, M. Decker (etc.) essuyèrent les plâtres ! En janvier 1990, la communauté fut transférée à Saint-Bernard, près de l'Orangerie. Peu de temps après (4 mars 1990), la « desserte » haut-rhinoise (d'abord la chapelle du centre de repos et de soins, rue du Stauffen à Colmar, puis l'église de Logelbach) sera aussi ouverte, avec des fidèles comme M. et Mme Diener, M. et Mme Kauffmann (etc.). L'abbé Leonhardt arriva à Strasbourg en septembre 1992. Les deux prêtres, qui avaient participé à la fondation de la Fraternité Saint-Pierre, furent incardinés dans l'archidiocèse de Strasbourg le 19 mars 1994. Le 24 juin 1995, cette communauté est érigée par Mgr Brand en « association publique de fidèles » qui sera appelée « communauté traditionnelle Saint-Arbogast ». Le 5 octobre 2006, Mgr Doré confère un nouveau statut canonique à cette communauté, celui de paroisse personnelle, avec effet au 1er novembre suivant. L'abbé Gouyaud en est nommé curé et l'abbé Leonhardt prêtre coopérateur. Tous deux sont installés, en même temps que la nouvelle paroisse y est elle-même transférée, le 12 novembre 2006 à Saint-Joseph de Koenigshoffen.

Les particularités de cette réalisation au sein de la mouvance dite « traditionnelle » tiennent dans l'intégration des prêtres dans le clergé diocésain, leur pleine adhésion au Magistère actuel interprété selon « une herméneutique de la réforme dans la continuité de l'unique sujet-Eglise » (Benoît XVI) et non en rupture avec la Tradition de l'Eglise, la célébration de la forme extraordinaire qui prend en compte les principes essentiels de la constitution de Vatican II sur la liturgie.

Mgr Grallet est venu lui-même présider cet anniversaire le 10 mai 2009 : messe à 9h15 à l'église Saint-Joseph suivie d'un repas festif au foyer.

Le 2 septembre 2013 l'abbé Gouyaud est nommé curé de la paroisse territoriale Saint-Louis en ville ; le 9 septembre la paroisse personnelle la Croix glorieuse déménage pour l'église Saint-Louis en ville.

La paroisse de la Croix Glorieuse est également présente dans le Haut-Rhin en l’église Notre-Dame de L’Assomption de Logelbach (Colmar). L’abbé Alexander Leonhardt, en est le chapelain.

Tous droits réservés | Croix glorieuse © 2017 | Réalisation : Xavier-Nicolas Stoffel
Nos réseaux :